Archives par mot-clé : Sociologie politique

Avis de parution « Ce que parler politique veut dire », Mots, n° 115, novembre 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution d’un article sur la politisation du discours dans la revue Mots :

Thibaut Rioufreyt, « Ce que parler politique veut dire. Théories de la (dé)politisation et analyse du discours politique », Mots. Les langages du politique, vol. 3, n° 115, novembre 2017.

Résumé :

Cet article propose une cartographie synthétique des différentes significations que recouvrent les notions de politisation et de dépolitisation en choisissant de se concentrer sur leur dimension spécifiquement discursive. Deux grandes approches de la politisation discursive sont ainsi analysées : la politisation comme qualification-spécialisation dans laquelle l’énoncé est politisé lorsqu’il se rapporte au champ politique et la politisation comme énonciation politique caractérisée par la reconnaissance de différences, voire de dissensus, et une forme de montée en généralité.


L’article en disponible en pay per view ou gratuitement depuis un compte mis à disposition par votre institution (Université, grande école, bibliothèque, laboratoire) sur CAIRN: http://www.cairn.info/revue-mots-2017-3-page-127.html

Communication: « La réception de la « Troisième voie » dans la gauche socialiste française », ISP, 3 novembre 2017

J’ai le plaisir d’intervenir au séminaire de l’ISP (Institut des sciences sociales du politique) « Construction de l’État et genèses du politique » vendredi 3 novembre 2017:

Grandeur et décadence d’une entreprise de traduction politique. L’« échec relatif » de la réception de la « Troisième voie » britannique dans la gauche socialiste française

Résumé : Cette communication propose de revenir sur une enquête réalisée sur la réception des idées et des discours du New Labour britannique dans la gauche socialiste française entre 1994 et 2017. Il s’agira plus spécifiquement de revenir sur les différents facteurs expliquant l’échec relatif de l’importation du « blairisme » dans ce milieu partisan, à la fois liés aux modes d’intervention des néo-travaillistes dans l’espace politico-médiatique français et propres au champ politique français en général et au Parti socialiste en particulier. L’étude de ce cas empirique sera par ailleurs l’occasion de réfléchir sur ce qu’on entend par « échec » dans l’étude de la circulation transnationale des idées et sur la manière dont les sciences sociales du politique peuvent saisir ce type d’objets.

Discutants : Fabien Carrié et Cédric Plont.

La séance aura lieu le vendredi 3 novembre 2017 de 14h à 16h, à l’ISP, Université Paris-Nanterre, salle des séminaires au rez-de-chaussée du bâtiment Max Weber.

 

 

Avis de parution: « Allons enfants de la rupture… », Télérama, 10 mai 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution d’un interview publié dans le magazine Télérama du 10 mai 2017 réalisé par Michel Abescat.

 

Illustration d'Anne Laval
 Capitalisme, Europe, partis… Allons enfants de la rupture

Dans cette campagne présidentielle qui vient de s’achever, les mots “antisystème” et “rupture” brandis par certains candidats étaient porteurs de sens bien différents, dit le politiste Thibaut Rioufreyt. Deux mots ont caractérisé cette élection présidentielle : « antisystème » et « rupture ». D’une même voix, avec force gestes, tous les candidats ou presque sont partis sabre au clair contre le « système » qu’ils se faisaient fort de bouter hors de France. S’ils étaient élus, les citoyens allaient voir ce qu’ils allaient voir, ils seraient les présidents de la « rupture ». Mais de quelle rupture ? Et pour en finir avec quel système ? Précisions avec le jeune politiste Thibaut Rioufreyt, chercheur à Sciences po Lyon.

Vous pouvez lire la suite de l’article sur le site du magazine si vous êtes abonnés à Télérama.

« Présidentielle : « Les primaires ont été une lessiveuse à sortants » », Télérama.fr, 24 avril 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la mise en ligne de la vidéo du débat avec Valérie Igounet et moi-même au lendemain des résultats du premier tour de l’élection présidentielle 2017.

 

Valérie Igounet, historienne et spécialiste de l’extrême droite, et Thibaut Rioufreyt , chercheur en science politique et spécialiste de la gauche, étaient dans le studio vidéo de “Télérama” pour analyser les résultats de ce premier tour de l’élection présidentielle et répondre à vos questions.

Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, deux France semblent s’affronter. L’une urbaine, à l’aise dans la mondialisation, optimiste quant à l’avenir. L’autre rurale, inquiète d’un monde dans lequel elle ne trouve plus sa place. Cette situation n’est-elle pas lourde de dangers ? Comment interpréter l’élimination des deux grands partis qui ont structuré, ces trente dernières années, notre vie politique ? Que signifie le rejet, par les deux candidats du second tour, du clivage traditionnel droite/gauche ? Et quelles sont les conséquences de ce basculement sur les prochaines recompositions politiques ? Valérie Igounet, historienne, spécialiste du Front national, et Thibaut Rioufreyt, chercheur en sciences politiques, ont répondu à nos questions et à celles des internautes.


Vous pouvez consulter le podcast de la vidéo en intégralité sur le site Internet de Télérama: http://www.telerama.fr/presidentielle-2017/en-direct-a-11h-quels-enseignements-tirer-de-ces-resultats-du-premier-tour,157078.php

 

« Emmanuel Macron est la queue de comète d’un social-libéralisme en déclin », Reporterre, 25 avril 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution d’un interview proposant une analyse au lendemain du premier tour des élections présidentielles pour Reporterre.

Thibaut Rioufreyt (Propos recueillis par Martin Cadoret), « Emmanuel Macron est la queue de comète d’un social-libéralisme en déclin », Reporterre. Le Quotidien de l’écologie, 25 avril 2017.

« Le premier tour de l’élection présidentielle a bousculé le système politique en place depuis des décennies. Mais que signifie le phénomène Macron ? Le clivage gauche-droite a-t-il disparu ? Le Front national va-t-il régresser ? Que va devenir La France insoumise ? Analyse et réponses. »


L’article est disponible en intégralité sur le site de Reporterre: https://reporterre.net/Emmanuel-Macron-est-la-queue-de-comete-d-un-social-liberalisme-en-declin

« L’île des candidat.e.s. Avant-dernier épisode », débat citoyen, Marseille, 4 mai 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer l’organisation d’un débat citoyen avec quatre chercheur.e.s en science politique sur les résultats et les enjeux de la campagne présidentielle actuelle jeudi 4 mai 2017 à Marseille.

 
​ »L’île des candidat.e.s »
Avant-dernier épisode
Débat suivi d’un pot
Jeudi 4 Mai, 19h
« Solidaires 13 », 29 bd Longchamp​

Avec : Stéphanie Déchezelles (IEP d’Aix-en-Provence), Joël Gombin (Observatoire des radicalités politiques), Florence Johsua (Université Paris 10 – Nanterre), Thibaut Rioufreyt (Science Po Lyon).

Débat organisé par Le Ravi (leravi.org) Mensuel satirique en région PACA et la Librairie Transit (transit-librairie.org), librairie associative et itinérante à Marseille, dans le cadre des « RDV socios » de la librairie Transit.

https://www.facebook.com/events/1442454419161848/

Affaires, « Grand débat », petites phrases « chocs » et candidats inattendus … La séquence électorale qui se termine nous aura réservé un grand nombre de surprises, pour la plupart peu réjouissantes et qui semblent souvent voler au plus bas niveau de ce que peut être une campagne électorale. Au-delà de ce qui a régulièrement été comparé à un show télévisé ou une série façon « Game Of Thrones », quatre chercheur.e.s en sciences politiques, spécialistes de différents segments du champ partisan, animeront avec nous une discussion approfondie. Au lendemain du premier tour, nous tenterons tou.te.s ensemble d’analyser cette séquence électorale et les recompositions politiques qu’elle préfigure.

Les intervenant.e.s :

Stéphanie Déchezelles, Maîtresse de conférence à l’IEP d’Aix-en-Provence. Auteure de Voix de la rue, voie des urnes. Mouvements sociaux et partis politiques, PUR, 2011 (avec Simon Luck).
Joël Gombin, Chercheur à l’Observatoire des radicalités politiques. Auteur de Le Front National, Eyrolles, 2016.
Florence Johsua, Maîtresse de conférence à l’Université Paris X – Nanterre. Auteure de Anticapitalistes, une sociologie historique de l’engagement, La Découverte, 2015. Réalisatrice du film Nous vengerons nos pères, avec Bernard Boespflug, coproduction Public Sénat, France télévisions & Comic Strip Production, 2017, 52′. Avant-première le 5 mai, 20h30 au cinéma Les Variétés.
Thibaut Rioufreyt, Post-doctorant en science politique à Sciences Po Lyon. Auteur de Les socialistes face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la française (1997-2015), PUG, 2016.

 

Interview sur le « vote utile », Reporterre, 18 avril 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution d’un article paru dans Reporterre. Le quotidien de l’écologie le 18 avril 2017 et pour lequel j’ai été interviewé. Cet article rédigé par Lorène Lavocat est intitulé « Pour les lecteurs de Reporterre, « voter “utile”, c’est renoncer à son choix » »

« La perspective de la victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle a enclenché la dynamique du vote dit « utile, » consistant à donner son suffrage au candidat le mieux à même de battre le Front national. Ce vote « stratégique », qui participe à la perte du sens de ce que devrait être une élection, ne convainc pas les lecteurs de Reporterre. »


Vous pouvez lire l’article en intégralité sur le site Internet du quotidien: https://reporterre.net/Pour-les-lecteurs-de-Reporterre-voter-utile-c-est-renoncer-a-son-choix

Avis de parution: « L’échec du quinquennat Hollande ou les impasses de la « Troisième voie » à la française », Mouvements, 28 mars 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon dernier article publié sur le site de la revue Mouvements le 28 mars 2017 et qui s’intitule « L’échec du quinquennat Hollande ou les impasses de la « Troisième voie«  à la française ».

 

Pourquoi le social-libéralisme est une stratégie politique perdante en France alors qu’elle a permis au Parti travailliste de diriger le Royaume-Uni plus de dix ans ? Pourquoi François Hollande échoue là où Tony Blair remporte trois fois de suite les élections ? La comparaison de la situation française et britannique permet ainsi de saisir les facteurs sociaux et politiques structurels qui expliquent que François Hollande n’ait pu assumer son virage social-libéral et qui ont abouti à l’échec de son quinquennat. Ou quand la « Troisième voie » à la française mène à une impasse.


L’article est disponible en intégralité sur le site Internet de la revue Mouvements : http://mouvements.info/lechec-du-quinquennat-hollande-ou-les-impasses-de-la-troisieme-voie-a-la-francaise/

 

Intervention au séminaire Étudier les partis politiques, Paris 1, CESSP, 25 janvier 2017

À l’occasion de la sortie de mon ouvrage Les socialistes face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la  française (1997-2015) aux Presses universitaires de Grenoble, j’interviens le mercredi 25 janvier pour le présenter au Séminaire Étudier les Partis Politiques (EPP) CESSP – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

 

Dans cette présentation, je reviendrai dans un premier temps sur certains des principaux résultats de l’enquête. Il s’agira ainsi d’expliquer la réception contrariée du néo-travaillisme au sein du milieu socialiste en mettant au jour les contraintes politiques structurelles qui pèsent sur les prises de position socialiste: structuration idéologique. La seconde partie sera davantage méthodologique et portera plus spécifiquement sur les apports de l’analyse cotextuelle à l’étude des idées en milieu partisan: constitution du corpus, analyse du discours, utilisation de CAQDAS, etc.


La séance aura lieu  Mercredi 25 janvier (de 18h à 20h) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 14, Rue Cujas, Salle du CESSP-CRPS (H604). Vous trouverez ci-joint le plan d’accès à la salle: Accès salle CRPS

Colloque « Partis politiques et religions (XXe-XXIe siècles) », AFSR, Paris, site CNRS Pouchet, 6-7 février 2017

Le colloque annuel de l’AFSR (Association française de sciences sociales des religions) « Partis politiques et religions », qui se tiendra à Paris lundi 6 et mardi 7 février 2017, site CNRS-Pouchet, 59-61 rue Pouchet, Paris 17ème.

PARTIS POLITIQUES ET RELIGIONS (XXe-XXIe SIÈCLES)

Colloque annuel de l’Association française de sciences sociales des religions,

organisé par Myriam Aït-Aoudia (CED/Sciences Po Bordeaux),

Philippe Portier (GSRL/EPHE),

Yann Raison du Cleuziou (CED/Université de Bordeaux)


LUNDI 6 FÉVRIER

9h : Introduction

Myriam Aït-Aoudia (CED/Sciences Po Bordeaux) et Yann Raison du Cleuziou (CED/Université de Bordeaux)

09h30-12h : La variable religieuse dans le vote

Présidence : Myriam Aït-Aoudia (CED/Sciences Po Bordeaux)

Discutant : Vincent Tiberj  (CED/Sciences Po Bordeaux)

• Pierre Bréchon (Sciences Po Grenoble/PACTE) : « La religion explique-t-elle les attitudes politiques ? Ce que les enquêtes ISSP dans huit pays d’Europe occidentale permettent de conclure »

• Fatima Khemilat (IEP Aix-en-Provence/CHERPA) : « Le vote musulman : une appellation d’origine non contrôlée ? Petite cartographie du rapport ordinaire au politique des français.es de confession musulmane »

• Alia Gana (CNRS/IRMC/LADYSS/Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) & Gilles Van Hamme (Université Libre de Bruxelles) : « La territorialité du vote ‘‘islamiste’’ en Tunisie. Enseignements d’une analyse de géographie et de sociologie électorale des scrutins de 2011 et 2014 »

• Blandine Chelini-Pont (Université Aix-Marseille/GSRL) & Marie Gayte-Lebrun (Université de Toulon/BABEL) : « « God’s Own Party’’ ? Républicains, démocrates et vote religieux à l’aube du XXIe siècle.

12h : Assemblée générale de l’AFSR

14 h30-17h30 : La ressource religieuse dans la construction des entreprises partisanes

Présidence : Philippe Portier (EPHE/GSRL)

Discutante : Florence Haegel (Sciences Po Paris/CEE)

• Anna Grasso (IEP Aix-en-Provence/CHERPA) : « L’utilisation de la ressource religieuse par un parti « laïque » dans la Tunisie de l’après-révolution »

• Erminia Chiara Calabrese (IREMAM/Labex MED) : « « al-iltizam al-kamil » (L’engagement totalisant) : pratiques et rituels religieux dans la construction d’une communauté partisane. Le cas du Hezbollah libanais

• Alain Dieckhoff (Sciences Po Paris/CERI) « En quel sens les partis religieux juifs sont-ils religieux ? »

• Vincent Soulage (EPHE/GSRL) : « Quand les partis socialistes parlaient théologie »

17 h 30 : Pot offert par l’AFSR


MARDI 7 FÉVRIER

9h30-12h30 : Socialisation religieuse et engagement partisan

Présidence : Céline Béraud (EHESS/CéSor).

Discutant : Bruno Duriez (CNRS/CLERSE)

• Guillaume Letourneur (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CESSP) : « Réseaux traditionalistes et extrême droite en France depuis les années 1980 : le cas de la fédération FN de la Mayenne »

• Franck La Barbe (Université de Montpellier/CRISES) : « Une équation impossible ? Les protestants évangéliques et l’engagement en politique. Analyses de quelques données anthropologiques »

• Eric Meyer (EHESS/CEIAS) : « Le processus de politisation des moines bouddhistes sri lankais, 1946-2015. »

• Bayram Balci (Sciences Po Paris/CERI) : « Entre mysticisme et politique : transformations du mouvement de Fethullah Gülen »

14h-17h30 : Les autorités religieuses et la régulation des partis politiques

Présidence : Marie Balas (Université de Strasbourg/DynamE).

Discutant : Jean-Paul Willaime (EPHE/GSRL)

• Pierre Prud’homme (Université Aix-Marseille/Institut des Mondes Africains) : « L’Islam en politique, un signifiant flottant ? Ernesto Laclau au Mali, ou les limites du « religion et politique » »

• Clément Steuer (Le Caire/CEDEJ) & Naima Bouras (Le Caire/CEDEJ) : « Politisation comparée des tissus associatifs religieux dans l’Égypte post-révolutionnaire »

• Franco Garelli (Université de Turin) : « Les modalités de l’encadrement et l’influence des autorités catholiques sur la Démocratie Chrétienne en Italie »

• Yann Raison du Cleuziou (Centre Émile Durkheim/Université de Bordeaux) : « Les catholiques observants et la construction du vote catholique légitime durant les primaires de la droite et du centre »

Conclusions et synthèse : Philippe Portier (EPHE/GSRL)


Inscriptions : https://afsr.hypotheses.org/

http://calenda.org/390151