Archives par mot-clé : Épistémologie

Avis de parution : « Un lieu et un lien. L’espace intellectuel socialiste », Sociétés plurielles, avril 2020

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon dernier article consacré à l’espace intellectuel socialiste dans la revue Sociétés plurielles.

Résumé

La production des idées politiques dépasse les seules frontières organisationnelles des partis et s’effectue à travers la médiation d’acteurs collectifs (fondations, clubs, think tanks, revues, maisons d’éditions, grandes écoles, centres de recherche, universités…) et individuels (responsables politiques, intellectuels, experts, traducteurs, éditeurs …) à la croisée de logiques et d’espaces sociaux hétérogènes. Dans cette perspective, cet article se propose d’interroger les concepts topologiques à disposition du chercheur en sciences sociales (réseau, monde social, champ, communauté épistémique, …) pour pouvoir analyser ces lieux hybrides en les appliquant à un cas empirique : l’espace intellectuel socialiste.

Citation

Pour citer cet article, voici la référence : Thibaut Rioufreyt, « Un lieu et un lien. L’espace intellectuel socialiste », Sociétés plurielles, n° 3, 1er avril 2020 [en ligne].

Accès

Sociétés plurielles étant une épi-revue, l’article est disponible gratuitement en ligne :

Avis de parution: « Des idées et leurs milieux… », in Vers une histoire sociale des idées politiques, Presses du Septentrion, 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de ma dernière publication:

« Des idées et leurs milieux. Quel contexte social pour les idées politiques ? », in Chloé Gaboriaux et Arnault Skornicki (dir.), Vers une histoire sociale des idées politiques, Lille, Presses du Septentrion, coll. « Espaces politiques », 27 novembre 2017, 320 p.

Résumé :

Par définition, une idée est immatérielle ; elle a besoin d’une forme (que lui fournit tel ou tel système de signes comme le langage ou l’iconographie), d’un support (par exemple un livre imprimé), de vecteurs (des individus), de collectifs (institutions, classes, réseaux de sociabilité, champs, etc.). Nous n’avons donc pas un accès immédiat aux idées au sens où elles ne se présentent jamais à l’état pur. Elles sont enchâssées, imbriquées dans d’autres entités sans qui nous ne pourrions y avoir accès. Ces entités forment ce qu’on appelle leur contexte. Ce chapitre propose de montrer combien le terme de contexte constitue un puissant signifiant flottant source de malentendus et d’investissements théoriques, disciplinaires et méthodologiques fort différents qui constitue l’une des difficultés pour l’émergence d’une véritable histoire sociale des idées politiques.


Sommaire

Introduction

Chloé Gaboriaux & Arnault Skornicki

Première partie: Héritages

L’histoire des idées politiques entre l’ère du soupçon et l’ère du sujet : les Annales en difficulté

Alain Guéry

Les sciences sociales, Vichy et l’idée de travail : un colloque en 1941

Isabelle Gouarné

Plus qu’un miroir le long du chemin : réflexions sur la littérature, en marge de l’histoire sociale des idées politiques

Sarah Al-Matary

Le « social » dans l’histoire des idées politiques : quelques réflexions à partir du cas italien

Fausto Proietti

Deuxième partie: Quels contextes ?

1. Autour de l’oeuvre de Skinner

Idées, histoire et sciences sociales. Entretien avec Quentin Skinner

Jérémie Barthas & Arnault Skornicki

De Skinner à Weber. Contextualisme et sociologie

Arnault Skornicki

L’histoire sociale des idées politiques peut-elle s’en tenir aux intentions ? Une analyse comparée de l’histoire intellectuelle skinnérienne et de la sociologie des idées bourdieusienne

Mathieu Hauchecorne

La mise en controverse des idées politiques : vers une histoire sociale et pragmatique de la pensée politique ?
David Smadja

La mobilité intellectuelle comme problème herméneutique : vers un modèle de la pensée politique en groupe

Dina Gusejnova

2. Articuler la pluralité des contextes

Des idées et leurs milieux. Quel contexte pour les idées politiques ? Thibaut Rioufreyt

Au-delà de l’opposition entre analyse interne et externe : les approches énonciatives

Loïse Bilat

La langue comme institution sociale : pour une grammaire discursive des concepts. Entretien avec Jacques Guilhaumou

Alexandre Escudier & Chloé Gaboriaux

Troisième partie: Objets, temporalités, sources : le laboratoire démocratique

1. Impensés, rationalités, dispositifs

Historiciser les catégories d’analyse : le cas du genre à l’époque de la Révolution. De l’histoire sociale comme histoire sociologique des idées

Anne Verjus

Étudier les idées en révolution. Questions de méthode

Samuel Hayat

Lire et dire la société : de l’histoire conceptuelle du politique à l’histoire sociale des idées politiques

Chloé Gaboriaux

Itinéraire d’une socio-historienne : les sciences de gouvernement comme idées en action ? Entretien avec Martine Kaluszynski

Chloé Gaboriaux & Jérôme Tournadre

2. Vers une histoire populaire des idées politiques ?

La politique hétérogène du peuple

Déborah Cohen

À la recherche des sans-voix. Sympathisant-e-s socialistes en Oklahoma rural, 1907-1917

Marie Plassart

Journées annuelles du réseau Mate-SHS, Université de Rouen, 13-14 novembre 2017

Les 13 et 14 novembre 2017, le réseau Mate-shs (Réseau Méthodes Analyses Terrains Enquêtes en SHS) organise ses 4èmes journées annuelles à l’Université de Rouen Normandie.

À cette occasion, les organisateurs du réseau MATE-SHS m’ont fait l’honneur de m’inviter pour intervenir comme conférencier. J’ouvrirai donc la demi-journée consacrée à l’analyse de données qualitatives avec une communication intitulée « Documenter l’analyse des données qualitatives: usages et enjeux ».

Résumé: Parler de la documentation des différentes étapes de la chaîne interprétative par laquelle on passe des matériaux à des résultats, des hypothèses aux thèses, c’est ouvrir la boîte noire de l’analyse. Dans cette perspective, cette communication se propose de revenir sur les enjeux de la documentation analytique en recherche qualitative. Pourquoi s’engager dans un tel travail dont il faut dire le caractère chronophage ? Quelles informations, quelles traces convient-il de garder ? À l’inverse, quand doit-on s’arrêter avant de succomber à la codomanie ? Il s’agira de traiter ces questions en donnant à voir quelques manières de faire et exemples tirés d’enquêtes empiriques réalisées par l’intervenant.

Vous pourrez trouver le programme complet des interventions ainsi que les informations pratiques pour s’inscrire et participer à ces journées ici: http://mate-shs.cnrs.fr/?JA2017&lang=fr

 

« L’enquête comme unité de collecte et d’analyse. Enjeux épistémologiques et problèmes pratiques », Atelier Humanités numériques, ENS de Lyon, 10 janvier 2017

Ma prochaine intervention intitulée « L’enquête comme unité de collecte et d’analyse. Enjeux épistémologiques et problèmes pratiques », aura lieu le 10 janvier 2017. Cette communication est réalisée dans le cadre de la séance « Retour d’expérience – Archivage des données de la recherche » de Atelier Humanités numériques (AHN) de l’ENS de Lyon. L’événement aura lieu sur le site Descartes de l’ENS de Lyon, Bâtiment Recherche en salle R20 de 9h30 à 10h30.

Résumé

Prendre pour unité de collecte et d’analyse non pas tel fonds de centres d’archives ou tel fonds de chercheurs comme dans l’approche archivistique classique mais telle enquête soulève un certain nombre de questions aussi simples que redoutables : qu’est-ce qu’une enquête ? quel périmètre documentaire recouvre-t-elle concrètement ? quand commence et quand s’arrête-t-elle ? Qui sont les enquêteurs ? Il ne s’agit pas là de questions abstraites mais bien d’enjeux et de difficultés très concrets auxquels on se confronte aussi bien dans le cadre d’inventaires d’enquêtes que dans celui de la réanalyse d’enquêtes d’autres chercheurs. Cette communication se propose donc un aller-retour entre retour d’expériences pratiques – inventaire des enquêtes du laboratoire Triangle réalisé dans le cadre du projet archiPolis en 2013, réanalyse d’enquêtes de plusieurs chercheurs menée depuis 2012, etc. – et enjeux épistémologiques en montrant combien le travail de terrain mêle intrinsèquement les deux.

Vous trouverez plus de détails sur le carnet hypothèses de l’Atelier Humanités numériques de l’ENS de Lyon ici: https://ahnenslyon.hypotheses.org/483

 

Colloque « Pour une histoire sociale des idées politiques », Paris, 22-24 janvier 2015

Du 22 au 24 janvier 2015 a eu lieu à Paris un colloque international intitulé « Pour une histoire sociale des idées politiques », organisé conjointement par le CEVIPOF, l’ISP et Triangle et auquel j’ai participé en tant qu’intervenant. Vous trouverez les liens vers la page web de l’événement sur les sites du CEVIPOF (Colloque HSIP CEVIPOF) et de Triangle (Colloque HSIP Triangle) ainsi que ci-joint l’appel à communications (AAC_HSIP_2015_01) et le programme (Colloque_HSIP_programme) de ce colloque.