Archives par mot-clé : Partis politiques

Communication: « La réception de la « Troisième voie » dans la gauche socialiste française », ISP, 3 novembre 2017

J’ai le plaisir d’intervenir au séminaire de l’ISP (Institut des sciences sociales du politique) « Construction de l’État et genèses du politique » vendredi 3 novembre 2017:

Grandeur et décadence d’une entreprise de traduction politique. L’« échec relatif » de la réception de la « Troisième voie » britannique dans la gauche socialiste française

Résumé : Cette communication propose de revenir sur une enquête réalisée sur la réception des idées et des discours du New Labour britannique dans la gauche socialiste française entre 1994 et 2017. Il s’agira plus spécifiquement de revenir sur les différents facteurs expliquant l’échec relatif de l’importation du « blairisme » dans ce milieu partisan, à la fois liés aux modes d’intervention des néo-travaillistes dans l’espace politico-médiatique français et propres au champ politique français en général et au Parti socialiste en particulier. L’étude de ce cas empirique sera par ailleurs l’occasion de réfléchir sur ce qu’on entend par « échec » dans l’étude de la circulation transnationale des idées et sur la manière dont les sciences sociales du politique peuvent saisir ce type d’objets.

Discutants : Fabien Carrié et Cédric Plont.

La séance aura lieu le vendredi 3 novembre 2017 de 14h à 16h, à l’ISP, Université Paris-Nanterre, salle des séminaires au rez-de-chaussée du bâtiment Max Weber.

 

 

JE « 1917, les révolutions russes : regards des socialistes », Paris, 12 octobre 2017

Pour information, une journée d’étude est organisée sur le regard des socialistes français et européens sur les révolutions russes de 1917:

1917, les révolutions russes : regards des socialistes français et européens 

Jeudi 12 octobre, de 9 h 30 à 18 h, au 12 cité Malesherbes

Présentation : Le 31 juillet 1914 Jaurès est assassiné, la guerre qui commence sépare les socialistes européens. Tous en grande majorité entendent défendre leur patrie et son indépendance, seule une minorité de socialistes, les Serbes et les Russes, prêchent le défaitisme révolutionnaire. Subissant défaites sur défaites, la Russie tsariste est à la fin du mois de février 1917 vigoureusement secouée par des manifestations qui virent rapidement à l’insurrection, puis à la Révolution. En France, l’abdication du tsar est saluée par les organisations ouvrières et socialistes avec enthousiasme. La révolution de février ouvre un nouveau champ des possibles, notamment celui en direction de la paix, mais remet également à l’ordre du jour la question sociale, l’émancipation, et interroge les schémas révolutionnaires. La Russie paysanne, peu développée, sans tradition démocratique, sortant de trois siècles d’autocratie tsariste peut-elle brûler les étapes et déboucher sur une révolution socialiste ? A cette question les plus radicaux des sociaux-démocrates russes, la fraction bolchevique réunie autour de Lénine, répondent positivement en octobre en s’emparant du pouvoir par un coup de force. Le bolchevisme se présente alors comme la seule voie possible vers la conquête du pouvoir et le socialisme. Il devient aussitôt le socle sur lequel le mouvement socialiste international se divise durablement pour aboutir aux scissions de l’année 1920.


Cette journée d’études est co-organisée par la Fondation Jean-Jaurès, l’OURS, le Musée de l’histoire vivante, la Société d’études jaurésiennes, Fondation Gabriel Péri, Eurosoc (IRHIS-GRHIS Rouen), Paprik@2F.  Elle s’inscrit dans le cadre de l’exposition présentée jusqu’au 31 décembre 2017 à Montreuil au Musée de l’histoire vivante, « Les révolutions russes vues de France ».

Trois tables-rondes proposent de revenir sur les temps forts de cette séquence historique et d’interroger les regards que portent les partis socialistes et des socialistes, français et européens, sur les révolutions russes. Avec la participation de : Andréa Benedetti, Alain Bergounioux, Adeline Blaszkiewicz-Maison, Bastien Cabot, Gilles Candar, Julien Chuzeville, Sophie Coeuré, Jean-Numa Ducange, Romain Ducoulombier, Lucie Guesnier, Emmanuel Jousse, Eric Lafon, Denis Lefebvre, Elisa Marcobelli, Frédéric Monier, Alexandre Riou, Jean Vigreux.


Vous pourrez trouver le programme complet sur le site de l’OURS (office universitaire de recherche socialiste): http://www.lours.org/journee-detudes-1917-les-revolutions-russes-regards-des-socialistes-francais-et-europeens-jeudi-12-octobre-2017/

L’

« Quelle société civile en 2017? », France Culture, 5 juin 2017

J’ai été l’invité de l’émission « La Grande Table » de France Culture sur le thème « Quelle société civile en 2017? » le 5 juin 2017 entre 12h55 et 13h30.

 

7 mai 2017

 Crédits : Alexandros Michailidis - AFP - 7 mai 2017

 

Organisée dans le cadre de la journée « Élections 2017 – Horizon 2022 : Révolutions dans la vie politique ? » et animée par les journalistes Olivia Gesbert (France Culture) et Sylvain Courage (L’Obs), cette émission a été l’occasion d’un débat avec Matthieu Niango, philosophe et co-fondateur du mouvement citoyen « A nous la démocratie ».

Vous pouvez écouter l’intégralité de l’émission en podcast sur le site Internet de France Culture en cliquant sur ce lien: https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/quelle-societe-civile-en-2017

 

Avis de parution: « Allons enfants de la rupture… », Télérama, 10 mai 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution d’un interview publié dans le magazine Télérama du 10 mai 2017 réalisé par Michel Abescat.

 

Illustration d'Anne Laval
 Capitalisme, Europe, partis… Allons enfants de la rupture

Dans cette campagne présidentielle qui vient de s’achever, les mots “antisystème” et “rupture” brandis par certains candidats étaient porteurs de sens bien différents, dit le politiste Thibaut Rioufreyt. Deux mots ont caractérisé cette élection présidentielle : « antisystème » et « rupture ». D’une même voix, avec force gestes, tous les candidats ou presque sont partis sabre au clair contre le « système » qu’ils se faisaient fort de bouter hors de France. S’ils étaient élus, les citoyens allaient voir ce qu’ils allaient voir, ils seraient les présidents de la « rupture ». Mais de quelle rupture ? Et pour en finir avec quel système ? Précisions avec le jeune politiste Thibaut Rioufreyt, chercheur à Sciences po Lyon.

Vous pouvez lire la suite de l’article sur le site du magazine si vous êtes abonnés à Télérama.

« Présidentielle : « Les primaires ont été une lessiveuse à sortants » », Télérama.fr, 24 avril 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la mise en ligne de la vidéo du débat avec Valérie Igounet et moi-même au lendemain des résultats du premier tour de l’élection présidentielle 2017.

 

Valérie Igounet, historienne et spécialiste de l’extrême droite, et Thibaut Rioufreyt , chercheur en science politique et spécialiste de la gauche, étaient dans le studio vidéo de “Télérama” pour analyser les résultats de ce premier tour de l’élection présidentielle et répondre à vos questions.

Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle, deux France semblent s’affronter. L’une urbaine, à l’aise dans la mondialisation, optimiste quant à l’avenir. L’autre rurale, inquiète d’un monde dans lequel elle ne trouve plus sa place. Cette situation n’est-elle pas lourde de dangers ? Comment interpréter l’élimination des deux grands partis qui ont structuré, ces trente dernières années, notre vie politique ? Que signifie le rejet, par les deux candidats du second tour, du clivage traditionnel droite/gauche ? Et quelles sont les conséquences de ce basculement sur les prochaines recompositions politiques ? Valérie Igounet, historienne, spécialiste du Front national, et Thibaut Rioufreyt, chercheur en sciences politiques, ont répondu à nos questions et à celles des internautes.


Vous pouvez consulter le podcast de la vidéo en intégralité sur le site Internet de Télérama: http://www.telerama.fr/presidentielle-2017/en-direct-a-11h-quels-enseignements-tirer-de-ces-resultats-du-premier-tour,157078.php

 

« Emmanuel Macron est la queue de comète d’un social-libéralisme en déclin », Reporterre, 25 avril 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution d’un interview proposant une analyse au lendemain du premier tour des élections présidentielles pour Reporterre.

Thibaut Rioufreyt (Propos recueillis par Martin Cadoret), « Emmanuel Macron est la queue de comète d’un social-libéralisme en déclin », Reporterre. Le Quotidien de l’écologie, 25 avril 2017.

« Le premier tour de l’élection présidentielle a bousculé le système politique en place depuis des décennies. Mais que signifie le phénomène Macron ? Le clivage gauche-droite a-t-il disparu ? Le Front national va-t-il régresser ? Que va devenir La France insoumise ? Analyse et réponses. »


L’article est disponible en intégralité sur le site de Reporterre: https://reporterre.net/Emmanuel-Macron-est-la-queue-de-comete-d-un-social-liberalisme-en-declin

« L’île des candidat.e.s. Avant-dernier épisode », débat citoyen, Marseille, 4 mai 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer l’organisation d’un débat citoyen avec quatre chercheur.e.s en science politique sur les résultats et les enjeux de la campagne présidentielle actuelle jeudi 4 mai 2017 à Marseille.

 
​ »L’île des candidat.e.s »
Avant-dernier épisode
Débat suivi d’un pot
Jeudi 4 Mai, 19h
« Solidaires 13 », 29 bd Longchamp​

Avec : Stéphanie Déchezelles (IEP d’Aix-en-Provence), Joël Gombin (Observatoire des radicalités politiques), Florence Johsua (Université Paris 10 – Nanterre), Thibaut Rioufreyt (Science Po Lyon).

Débat organisé par Le Ravi (leravi.org) Mensuel satirique en région PACA et la Librairie Transit (transit-librairie.org), librairie associative et itinérante à Marseille, dans le cadre des « RDV socios » de la librairie Transit.

https://www.facebook.com/events/1442454419161848/

Affaires, « Grand débat », petites phrases « chocs » et candidats inattendus … La séquence électorale qui se termine nous aura réservé un grand nombre de surprises, pour la plupart peu réjouissantes et qui semblent souvent voler au plus bas niveau de ce que peut être une campagne électorale. Au-delà de ce qui a régulièrement été comparé à un show télévisé ou une série façon « Game Of Thrones », quatre chercheur.e.s en sciences politiques, spécialistes de différents segments du champ partisan, animeront avec nous une discussion approfondie. Au lendemain du premier tour, nous tenterons tou.te.s ensemble d’analyser cette séquence électorale et les recompositions politiques qu’elle préfigure.

Les intervenant.e.s :

Stéphanie Déchezelles, Maîtresse de conférence à l’IEP d’Aix-en-Provence. Auteure de Voix de la rue, voie des urnes. Mouvements sociaux et partis politiques, PUR, 2011 (avec Simon Luck).
Joël Gombin, Chercheur à l’Observatoire des radicalités politiques. Auteur de Le Front National, Eyrolles, 2016.
Florence Johsua, Maîtresse de conférence à l’Université Paris X – Nanterre. Auteure de Anticapitalistes, une sociologie historique de l’engagement, La Découverte, 2015. Réalisatrice du film Nous vengerons nos pères, avec Bernard Boespflug, coproduction Public Sénat, France télévisions & Comic Strip Production, 2017, 52′. Avant-première le 5 mai, 20h30 au cinéma Les Variétés.
Thibaut Rioufreyt, Post-doctorant en science politique à Sciences Po Lyon. Auteur de Les socialistes face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la française (1997-2015), PUG, 2016.

 

JE « Les primaires ouvertes de droite et de gauche. Le cycle présidentiel 2016-2017 », Sciences Po, 22 février 2017

Une journée d’études sur les primaires ouvertes est organisée par Florence Haegel et Rémi Lefebvre à Sciences Po le 22 février 2017.


Journée d’études « Les primaires ouvertes de droite et de gauche. Le cycle présidentiel 2016-2017 »

organisée par Florence Haegel, Professeure de science politique et directrice du Centre d’études européennes de Sciences Po et Rémi Lefebvre, Professeur de science politique, Université Lille 2 Droit et Santé, CERAPS

 

Mercredi 22 février 2017, 9h15-18h30

56, rue des Saints-Pères (Entrée par le 27 rue Saint-Guillaume), 75007 Paris, Sciences Po Salle Goguel

 


PROGRAMME

9h15 : Accueil

9h30 : Introduction : Florence Haegel et Rémi Lefebvre

9h35 : Vanessa Jérome, post-doctorante, EHESS, LabEx TEPSIS, CESSP, « Primaire EELV 2017 : écolo mais pas trop ? »

9h55 : Yann Raison du Cleuziou, Maître de conférences en science politique, Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim: « Les courtiers du vote catholique et la primaire de la droite et du centre »

10h15 : Rémi Lefebvre & Eric Treille, Université de Rennes 1, CRAPE : « La primaire de la Belle alliance populaire. Le pluralisme partisan à l’épreuve de l’anticipation de la défaite »

10h45 : Pause café

11h : Un échantillon pas comme les autres : la Boussole présidentielle et les dynamiques de campagne

Bruno Cautrès, Chargé de recherche CNRS, Sciences Po, CEVIPOF

Vincent Martigny, Maître de conférences en science politique, École Polytechnique, LinX et chercheur associé à Sciences Po, CEVIPOF

Sylvie Strudel, Professeure de science politique, Université Paris II Panthéon- Assas et chercheure associée à Sciences Po, CEVIPOF

Thomas Vitiello, Doctorant, Sciences Po, CEVIPOF

11h45 : Étudier les logiques du vote et de la communication politique lors des primaires de la droite et du centre à partir d’un dispositif multi-sites

  • David Gouard, Docteur en science politique, PRCE, Université de Montpellier, CEPEL

  • Anaïs Théviot, Docteure en science politique, Sciences Po Bordeaux, Centre Émile Durkheim

  • Laurent Olivier, Maître de conférences en science politique, Université de Lorraine, IRENEE

  • Romain Mathieu, Docteur en science politique, Université de Lorraine, IRENEE

12h30-14h : Déjeuner libre

14h : Table ronde sur la médiatisation des primaires

  • Stéphane Alliès, Médiapart

  • Alain Auffray, Libération

  • Arthur Berdah, Le Figaro (à confirmer)

  • Matthieu Goar, Le Monde

16h : Pause café

16h15 : Table ronde sur les hautes autorités des primaires

  • Thomas Clay, Professeur de droit privé, Université Paris-Saclay, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

  • Anne Levade, Professeure de droit public, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne

  • Thierry Solère, Président de la Commission d’organisation des primaires de la droite et du centre

  • Rachid Temal, Secrétaire national chargé de la coordination et de l’organisation au PS

18h15 : Fin de la journée d’étude


Inscriptions obligatoires. Contact : katia.rio@sciencespo.fr <mailto:katia.rio@sciencespo.>

 

 

« La crise du Parti socialiste ou le choix impossible », Débat avec Thibaut Rioufreyt et Rémi Lefebvre, Librairie Le Lieu Dit, Paris 20ème, 28 février 2017, 19h

J’ai le plaisir de vous annoncer l’organisation d’une rencontre-débat avec moi-même et Rémi Lefebvre qui aura lieu à la librairie Le Lieu Dit à Paris (6, rue Sorbier 75020 Paris) le mardi 28 février 2017 de 19h à 21h. Vous trouverez la présentation de l’événement ci-dessous ainsi que sur le site Internet de la librairie ici: http://lelieudit.com/Debat-La-crise-du-Parti-socialiste-ou-le-choix-impossible-Debat-avec-Thibaut

« La crise du Parti socialiste ou le choix impossible »

Débat avec Thibaut Rioufreyt et Rémi Lefebvre

Un Président sortant qui ne se représente pas faute de légitimité suffisante. Des « primaires citoyennes » qui sélectionnent au second tour deux finalistes tous deux minoritaires idéologiquement au sein de leur parti. Une candidature Macron dont le succès semble invalider la thèse, longtemps vraie, selon laquelle on ne peut gagner sans parti. L’actualité politique semble enchaîner les résultats inattendus et remettre en cause des paramètres avec lesquels le Parti socialiste a longtemps su composé. Dans ce contexte, sans succomber aux commentaires empressés sur sa disparition programmée, comment comprendre la crise qu’il traverse à l’heure actuelle ? Le Parti socialiste se trouve devant un dilemme qui va bien au-delà du choix entre Hamon ou Macron. Comme si la conjoncture rendait une synthèse impossible alors qu’il a toujours pris soin de ne pas opérer de clarification.

Pour débattre de ces questions, cette rencontre sera organisée autour de deux interventions, celle de Thibaut Rioufreyt, auteur de Les socialistes français face à la troisième voie britannique. Vers un social-libéralisme à la française (1997-2015), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Libre cours politique », 2016 et Rémi Lefebvre, qui a coordonné dernièrement (avec Éric Treille) l’ouvrage collectif Les primaires ouvertes en France. Adoption, codification, mobilisation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2016.

« Le social-libéralisme est minoritaire en France », Mediapart, 31 janvier 2017

À l’occasion de la sortie de mon ouvrage Les socialistes face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la  française (1997-2015) aux Presses universitaires de Grenoble, j’ai le plaisir de vous annoncer la parution d’un interview accordé à Médiapart intitulé « Le social-libéralisme est minoritaire en France ».

Dans cet interview, réalisé par Fabien Escalona, je reviens notamment sur les évolutions idéologiques qu’a connues le Parti socialiste et notamment le destin du social-libéralisme en France. De quoi aider à comprendre un peu le processus de recomposition à l’œuvre dans l’espace politique français après la fin des primaires de la « Belle alliance populaire » et à quelques mois des élections présidentielles et législatives.

L’article est accessible en ligne sur le site de Mediapart à l’adresse suivante: https://www.mediapart.fr/journal/france/310117/thibaut-rioufreyt-le-social-liberalisme-est-un-hybride-ideologique-minoritaire-en-france Il est gratuit pour les abonnés et accessible pour 1 euro pour les autres.